A partir d'une forêt...

Publié le par Maky

Dans une forêt improbable, le squelette des arbres tendaient vers moi les vestiges d'une frondaison opulente, sous laquelle un été s'était abrité des rayons de l'astre.
La vigueur des troncs, la souplesse des branchages provoqua en moi une supplique…
- Me donnerez-vous, pour une noble cause, un fragment de vous que je pérenniserai entre des mains expertes ?
Qui ne dit mot, consent…la chose fut faite.

Dense et bien moussu, je le ramenai en le détaillant.
Quelques embranchements seraient éliminés et laisseraient place à une teinte plus claire. Des nœuds, tourmentés par les ans, calcifiés par les vents donneraient une image artisanale du matériau.
Mais déjà une odeur résineuse envahit l'atelier, les relents d'un humus particulier se dégage de la mousse que je dépose tel un duvet, nous allons nous entendre !

Les tronçons sont débités, la présentation est faite, c'est maintenant la séance d'ébauche qui se prépare.
Bien enserré dans les mors de la machine, la contre pointe fichée telle une banderille, je vais le dépouiller de son épiderme rugueux et meurtri.
L'outil lui effleure les entrailles avant de ravauder les fibres de cette chair pour laisser apparaître les effets d'un lifting bienfaiteur.


 














 

 

 

 


Repris dans l'autre sens, surgissent des veines de couleurs, identifiant son âge, son âme peut-être…


















 

 

La sciure jonche le châssis de la machine, le bois redevient jeune, beau, clair.
Il est temps de l'amadouer, de le travailler, de lui donner les lettres de noblesse dont son essence ne manque pas.



L'outil manuel remplacera le couteau, une sculpture naît, en appui sur la tige de maintien, le ciseau creuse, arrondi, gorge, chanfreine, lame.
La transformation fait croire à la main du potier imprégnant ses doigts dans la glaise…la forme paraît et disparaît au gré des pressions exercées sur l'outil.

















 

 

 

C'est maintenant le moment de la finition, une fine toile émeri viendra effleurer les nervures du bois qui nous révèle toute sa beauté naturelle, gardant en surface quelques grains de beauté !
C'est maintenant une pièce douce au toucher, polie, dévoilant des courbes harmonieuses, des creux et des pleins




















 



MAIS

Pourquoi faire, Un exercice de style ?…
Que nenni !
Mais oui, évidemment…vous savez, mais si, rappelez-vous, petits…

 

 


TRICOTINS…pour mes petits mecs !

Pourvu que la grand-mère, je veux dire Mab, sache comment démarrer ?

Mon environnement pour cogiter…Regardez !


=

=

=

=

=

=

=

=

=

=

=

=

=


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fanzesca 05/12/2008 23:23

Voilà qui est joliment raconté.
Un petit tour au bois, quelques petits tours de bois et le tour est joué !
Bravo Maky
Bises

Maky 08/12/2008 00:06


En un tour de main...
Merci de ta visite,
Bise


loula 05/12/2008 10:28

je passais....
alors, je dis "bonjour Maky" et je repars...
je vais m'acheter un petit tricotin pour voir ce qu'on peut faire avec !!

Maky 08/12/2008 00:05


Merci de ta visite Loula
OK pour le tricotin...


lilounette 02/12/2008 21:43

Mais dis donc tu es doué pour beaucoup de choses !
Le tricotin je pourrai encore m'en servir ..mais vaut mieux comme tu l'as fait .
Tes photos sont géniales, et à l'arrivée on tombe toujours sur le c..c'est super !

Maky 03/12/2008 16:39


Merci Lilounette,
"Doué"...Ah ! tu crois, je le savais mes proches sont beaucoup trop réservés !!!

Bise


Bérangère 02/12/2008 21:38

c'est ma-ni-fik ! et j'adore la chute !

PS: merci pour tes précisions sur mes capacités à m'endormir...

Maky 03/12/2008 16:35


Je ne relatais que du vécu...te concernant ! Nous ne sommes pas assez proches...


liliplume 02/12/2008 21:13

c'est gentil ! si un jour on a l'occasion de se rencontrer je te donnerai les dimensions avant !

Maky 03/12/2008 16:33


Bonne idée, mais je me méfie, je crois qu'il est susceptible...