Le Soleil était chaud !!!

Publié le par Maky

Une longue file de pèlerins s'étirait sur cette route que Thibaut de Champagne arpenta peut-être, retrouvant Blanche de Castille pour quelque traité.




Les chaumes parsemaient les terres grasses que cette entrée d'automne nous collait aux guêtres.







Un ciel cru, ajoutant à la tiédeur de l'air, envoyait des effluves musquées que chaque poil du corps recevait comme une invitation bestiale; Ambiance visionnaire d'une époque révolue où la terre, le ciel et le corps se partagent les éléments.


Au loin, le soleil rebuté d'une ellipse trop plate, installait le crépuscule du soir en le couvrant d'une brume légère que seul un clocher arrivait à percer.


Chardon et gratte-cul assistaient au spectacle qui laissait entrevoir la main mise d'une nuit que les loups redoutaient.





Un lendemain ébloui abrita la vision sous une ombre feuillue d'essences gâtinaises, c'est alors que l'émoi des toits suggéra l'image d'un passé troublé…





Une église nous guettait, nichée dans un sous-sol à hauteur de frondaison, son clocher à la croix caquetante veillait.





















CREDO, KYRIE…




Une stèle ployée sur son pécheur et l'empoigne et le guide vers le pommeau de l'épée qui le tua.











Des monolithes curieux observaient sur les toits,






l'existence d'une vie dont leur ombre enfouie avait joui à en mourir !










En une époque lointaine, cet indicateur théologique bénissait au croisement des chemins,















le libre voyageur ou bien le paysan frappant de sa badine le joug de ses bœufs blancs.


Il veillait, posé sur ses assises, en compagnie de l'astre seul égal à ses yeux, gardé de doubles grilles qui grinçaient à qui voulait ouvrir, puis se refermant sur les secrets des lieux.



Seul pigeon restant de cette époque enjouée, où Mademoiselle le soir venu venait contempler ses oiseaux…



Hors un soir, l'un d'eux se blessa en tournoyant dans cette volière…le pigeonnier princier !
La donzelle s'agrippant sur des murs trop abrupts, elle chuta.

Depuis on la voit certains jours de beau temps, dans sa robe bleue, à l'heure où chacun regagne sa demeure, elle fait mine de chercher, mais en fait, elle s'envole comme son pigeon d'antan.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tietie007 01/11/2008 09:23

Beaux Paysages.

lilounette 18/10/2008 13:48

Un véritable don d'écrivain, de photographe, magnifique reportage qui me laisse assise ( je suis polie)...super, j'adore ce style de récit commenté comme tu l'as fait
Bon weed-end

Gondolfo 16/10/2008 17:34

jolie vision de cette robe bleue :)

Marie Bland 16/10/2008 12:32

Gâtinaises... joli mot dont je ne comprends pas la signification...
Peut-être pourras-tu me donner quelques explications, moi qui vit non loin d'un lieu dit : "Les Gâtines rouges".

isabelle corradini 16/10/2008 11:39

Bonjour,
belles photos et texte tout aussi joli. Bonne continuation et bonne après-midi.
Isabelle